La voix, l’expo qui vous parle à la Villette

« La voix, l’expo qui vous parle » a pris ses quartiers à la Cité des Sciences et de l’Industrie à la Villette. Depuis le 10 décembre, petits et grands curieux s’y pressent pour découvrir les secrets de cet instrument aux multiples facettes.

1533708_10202213940783483_1111990973_n

A peine entrées dans l’exposition, plusieurs voix s’entremêlent. Celles d’enfants qui explorent la photo-cabine de l’exposition d’à côté sur les transports, dominent dans le hall du deuxième étage. Ils semblent excités par l’attraction qui les occupe. C’est un capharnaüm de voix … Ils sont dans le thème, puisque cette nouvelle exposition est consacrée à la voix. Comment ça fonctionne, comment s’en servir pour en faire ce qu’on veut… ou presque?
L’exposition s’articule autour de trois pôles. « On a choisi de faire trois espaces thématiques pour expliquer la voix« , explique Evelyne Hiard, co-commissaire de l’exposition.

1080537_10202213940903486_304038226_n « La voix et le corps ». Dans ce premier tiers, le visiteur est « à la fois sujet et  objet de son expérience ». Au programme : exploration anatomique, acoustique et  surtout, ce qui fait le principal attrait de l’exposition : découverte de sa propre  voix. Plusieurs expériences sont proposées au public pour comprendre et  explorer les sonorités émises par leurs cordes vocales. Tester sa tessiture, son  amplitude.

Un logiciel vocal fait guise d’accueil au début de l’exposition. On entend un bébé  qui gazouille, un homme qui baille et une femme qui chante une chanson douce…  La voix dit beaucoup de chose lorsque l’on n’entend qu’elle. Elle révèle beaucoup  sur notre humeur, notre milieu d’appartenance… quelle arme incontournable ! Elle est utile pour communiquer avec les autres. La voix n’est que du souffle mais quand de l’air frotte les poumons, elle se transforme en son.

Des décibels

1079130_10202213940943487_490371386_nLes élèves d’une classe de primaire l’ont bien compris. Ils se lâchent dans le phonétogramme, où la voix peut être poussée à son maximum, dans les graves comme dans l’aigu. Un garçon a testé sa voix dans l’atelier, ce qui a irrité sa maîtresse : « Mais qui est-ce qui fait tout ce bruit-là ! ». En criant, elle a forcé sur ses cordes vocales… L’intensité sonore d’un environnement se mesure en décibel de 0 à 130, du désert à la douleur. Entre 50 et 60, c’est supportable.  C’est à peu près le niveau sonore de l’exposition aujourd’hui. Les dangers du bruit pour la voix sont donc minimes.

La deuxième partie s’intitule « voix et expression ». Elle met l’accent sur «  l’importance de la voix dans la communication « . Notre accent, l’intonation de la voix, le débit…en dit beaucoup sur notre personnalité. Dans cette partie, on joue avec sa voix dans les gammes de la colère, la joie, la tristesse. On se met dans la peau d’un animateur radio, d’un commentateur sportif. On écoute, on s’écoute pour mieux se comprendre.

Des voix, encore

La troisième et dernière partie insiste sur le côté artistique de la voix. Là encore, des jeux, une fresque immense retrace toute l’histoire de la musique mais autre chose attire notre attention. Des voix, encore. Des notes de musique. Ça vient d’une pièce sombre aux fauteuils confortables. Un superbe documentaire de 20 minutes nous passe en revue soixante ans de voix. Belles, épurées, surprenantes, fascinantes. Du rock au rap en passant par le scat, le jazz et le métal, on voyage. C’est magnifique. On retiendra avant tout une interprétation a cappella fascinante du Bohemian Rhapsody de Queen et l’aisance de Nathalie Dessay en Reine de la Nuit.

Un jour, Barbara a dit : « la voix est la musique de l’âme ».  Cette exposition le prouve, et vous avez jusqu’au 28 septembre 2014 pour en juger par vous même !

 

Marie Olona avec Rachel Kwarteng

Publicités