La démesure de Céline Raphaël

La Démesure ETL

Mathilde, 20 ans, aspirante éducatrice spécialisée, nous parle cette semaine pour Entre tes lignes, de La Démesure rédigé par Céline Raphaël.

« C’est l’histoire d’une fille, qui vient d’un milieu bourgeois, son père veut qu’elle joue du piano, donc elle prend des cours. Son père est très intransigeant et elle veut lui montrer qu’elle n’est pas qu’une marionnette. Quand son père remarque qu’elle fait une faute, il lui donne un coup de ceinture. Il la prive parfois de nourriture quand elle ne correspond pas à ses attentes. Un jour, alors qu’elle est au lycée elle ne mange presque plus, elle est limite anorexique. C’est le médecin de l’école qui remarque quelque chose. Au début elle va avoir du mal à parler de sa situation au médecin scolaire. Elle finit par lui raconter et est finalement placée en foyer.

C’est un témoignage, fluide et sincère, ça se lit bien. Je me suis sentie déjà un peu à la place d’une éducatrice spécialisée, ça m’a plu, l’idée de lire un témoignage direct. J’ai ressenti de la haine contre son père. Par le biais de ce livre elle veut dénoncer le fait que la maltraitance n’est pas qu’une chose qui se passe dans les milieux pauvres. Au cours de sa démarche, elle a essayé d’en parler mais on ne la croyait pas.

J’ai dévoré le bouquin, je le lisais dans le train, dès que je pouvais le lire je le faisais. J’ai appris notamment la complexité des démarches auprès des juges, la mixité dans les foyers d’accueil. Elle était bien intégrée puisque c’était un peu une « intello » et qu’elle faisait les devoirs de tout le monde. Elle dénonce aussi un peu les éducateurs spécialisés qui ne font pas assez leur travail. Par exemple ils voulaient la changer de lycée, comme elle allait changer de foyer, mais elle qui avait ses amis là-bas a refusé et du coup se levait à 5h du matin pour aller à son lycée d’origine.

Ce qui m’a choqué c’est que son père a toujours tout nié, même pendant le jugement. Mais elle ne lui en a jamais vraiment voulu. Moi j’ai des parents trop exceptionnels pour me mettre à sa place, mais peut-être qu’elle se dit que, comme il nie, il ne s’est finalement jamais rendu compte de ce qu’il a fait. Elle avait une petite sœur qui n’a jamais été violentée, ni sa maman d’ailleurs. Elles la soutenaient mais ne pouvaient pas faire grand chose contre.

J’ai conseillé à ma mère de lire ce livre, mais elle ne l’a pas fait car elle pense que ça va être trop dur pour elle. A une amie aussi qui voulait devenir éventuellement éducatrice spécialisée et qui s’intéressait à ce genre de situation. Pour moi l’intérêt de ce genre d’ouvrage c’est que l’humain est au centre du récit. »

La Démesure – Céline Raphaël aux éditions Max Milo

Propos recueillis par Lucien Fauvernier

Publicités