Le Seigneur des anneaux de J.R.R Tolkien

CAM00148

Clovis, 22 ans, en préparation de concours d’interprétariat et de traduction, a choisi de nous parler cette semaine pour Entre tes lignes, de la trilogie rédigée par J.R.R Tolkien, Le Seigneur des anneaux.

« Le Seigneur des anneaux est un roman très connu écrit par Tolkien entre les années 40 et 50. C’est une sorte de quête épique où les héros doivent aller détruire un anneau qui a été forgé par Sauron, le méchant de l’histoire, mais ça tout le monde doit déjà le savoir! Cet anneau a un pouvoir très puissant, il permet à celui qui l’utilise de gouverner la Terre du milieu, la terre où se passe l’histoire. Donc c’est la quête pour aller détruire cet anneau, en le jetant dans un volcan où il a été forgé à la base, en plein dans le quartier général de Sauron. C’est le seul moyen de le détruire.

Les protagonistes traversent alors pleins de pays, de dangers mais voient également de belles choses et font de bonnes rencontres. C’est vraiment épique ! J’ai lu le livre avant d’avoir vu les films, je l’ai lu très jeune et l’ai relu cinq ou six fois depuis. Cette fois je voulais le lire en langue originale pour vraiment apprécier la plume de Tolkien. C’est un peu difficile mais ça vaut vraiment le coup. Le Seigneur des anneaux est un roman très dense, il se passe beaucoup de choses, il y a pleins de détails qui renforcent l’immersion et je pense qu’on ne s’en lasse jamais vraiment.

Si je devais convaincre quelqu’un de récalcitrant à l’idée de lire ce livre, je lui dirais déjà que c’est l’un des romans les plus reconnus de nos jours même si on n’aime pas l’univers fantaisie, c’est un ouvrage très important dans la littérature anglaise donc ça vaut le coup d’essayer de le lire. De plus, comme dans toute l’œuvre de Tolkien, il y a une très forte nostalgie dans le roman, même s’il y a des péripéties, on ressent cette nostalgie tout au long de l’aventure et ça me plait, et je pense que ça peut plaire. Ce qui est bien aussi comme je l’ai dit c’est qu’il y a une très grande immersion vu qu’il y a beaucoup de détails. Le Seigneur des anneaux c’est une partie seulement du monde imaginé de Tolkien, le monde de la Terre du milieu donc. Quand on lit Le Seigneur des anneaux on a un petit aperçu de l’immensité de l’imagination de Tolkien qui est complètement impressionnante.

Quand je parle de nostalgie, il faut comprendre que dans le monde de Tolkien, quand on lit Le Seigneur des anneaux, c’est déjà le troisième âge du monde. En clair, le monde le plus beau est déjà passé, brisé par des guerres terribles. Le Seigneur des anneaux est un conte nostalgique dans le sens où il y a des références au premier âge, avant les guerres. Le troisième âge, c’est le moment où les elfes cèdent la place aux hommes, ça c’est très présent dans le livre mais pas très bien rendu dans les films par exemple.

Si je devais comparer les films et le livre, je dirais que les films sont plus axés sur la guerre, même s’ils essayent de retranscrire toute la poésie du monde de Tolkien y compris la nostalgie. Mais c’est impossible, un film ne peut jamais retranscrire tout à fait un livre. Le film a ses qualités, c’est assez beau à voir, ça fait plaisir, les scènes de batailles sont impressionnantes mais le livre fait quand même ressentir plus d’émotions.

Comme je lis l’intégrale en anglais, je travaille à fond mon vocabulaire, mais en tant que roman pur, sa force est d’emporter dans un univers totalement différent surtout grâce à la force d’immersion de Tolkien. On est totalement avec les héros, on se sent un peu comme eux, perdu dans un monde immense et ça c’est très plaisant aussi. Pour moi la lecture c’est ça, être pris dans un autre univers. »

The Lord of the ring – J.R.R Tolkien intégrale en anglais aux éditions Mariner Books

Propos recueillis par Lucien Fauvernier

Publicités