Running Man de Stephen King

 

Louis, 22 ans, étudiant en histoire, nous parle cette semaine pour Entre tes lignes, de Running Man rédigé par Stephen King, à l’origine sous le pseudonyme de Richard Bachman.

Loulou

« Tout se passe dans un monde ravagé par la pollution où la société est très inégalitaire. Le héros Ben Richards vit dans un appartement absolument atroce, miteux, avec sa fille qui a une pneumonie, qui est très malade et tousse sans cesse. Le protagoniste est lui-même rendu malade par le bruit de la toux de sa fille alors que sa femme est obligée de se prostituer pour subvenir aux besoins de la famille puisque Ben Richards est au chômage. C’est un ancien ouvrier de « General Atomics » ce qui est un petit clin d’œil à General Motors, le constructeur automobile américain, travail qui l’a, en plus, rendu stérile.

Le peu d’argent que la femme de Ben Richards gagne est dépensé dans les soins pour leur fille. Les médicaments proviennent du marché noir alors qu’il lui faudrait de vrais médicaments. Toute cette misère va pousser le héros à s’inscrire aux jeux du « Libertel ». Il parvient a être qualifié pour La Grande Traque, le jeu le plus dangereux mais le plus intéressant financièrement : il a trente jours pour échapper à une troupe de chasseurs aidés par la population. Il peut être dénoncé à tout moment si on le voit. Mais s’il survit c’est la richesse assurée.

J’ai choisi ce livre publié en 1982 car pour moi il est extrêmement clairvoyant. Il y a un véritable rapport à la société d’aujourd’hui et à son actualité de par la pollution et la pauvreté omniprésente. Stephen King dépeint notamment une Amérique impitoyable, accro à la télé-réalité avant l’heure. Le livre m’a marqué aussi par l’hyper-sexualisation de la société que propose l’auteur. Il fait mention d’hommes qui lisent des magazines sado-maso, au grand jour, comme nous lisons les journaux, la mode des micro-jupes et bien sûr la prostitution qui est partout. Il nous dépeint une société en pleine dégradation avec beaucoup de clairvoyance.

Je me suis aussi attaché au héros qui est passionnant, issu d’une classe modeste mais qui se révèle emplit de malice, de ruse et de persévérance. Il peut être impitoyable quand sa vie est mise en danger mais ce que j’aime c’est que derrière son côté beauf et son arrogance se cache un véritable amour pour sa fille et sa femme…jusqu’à mettre sa vie en jeu. Ça m’a beaucoup touché.

J’ai lu cet ouvrage très jeune, mais il m’a beaucoup marqué. Le compte à rebours des chapitres de 100 à 0 donne un caractère haletant à l’ensemble du roman, dérangeant mais tellement réel… L’écriture est fluide, ça se lit rapidement car c’est très rythmé, je pense que ça, c’est attirant. C’est facile d’accès donc je conseillerais le livre à ceux qui s’intéresseraient à Running Man  plutôt que le film mettant en scène Arnold Schwarzenegger dans la peau du héros, qui est une horreur à éviter!

En plus c’est un livre un peu à part de l’œuvre de Stephen King, un de ses seuls essais de dystopie et ça peut être intéressant d’aborder ce grand auteur sous cet angle. »

Running Man – Stephen King aux éditions Livre de poche

Propos recueillis par Lucien Fauvernier

 

Publicités