L’obsession parisienne

La parisienne est l’aspiration et l’inspiration de toutes les « fashionistas ». L’admiration qui devient obsession alimente les clichés à la française : la « parisian it-girl » devient symbole d’une culture stéréotypée made in USA.

Femme des rêves étrangers : elle ne mange que du fromage, des huîtres et du fois gras, en savourant des litres de rosé sans jamais prendre un kilo. Femme de la ville lumière, elle est aussi une mère parfaite, qui trouve néanmoins le temps de construire une carrière fulgurante, de préférence dans la mode ou l’événementiel.

Championne de l’art de l’ « effortless-chic » et empile dans sa garde-robe marinière, manteau navy et pulls en cachemire dans une palette de gris, bleu et beige. Elle cède rarement à la couleur mais – quand le moment est propice – la parisienne n’hésite pas à « rocker » du rouge (adorable avec le navy) et du rose « macaron » façon Ladurée. Elle ne se brosse pas les cheveux – non, même pas la frange – et ne glisse que du mascara et du rouge à lèvres « Coco » de Chanel dans sa trousse de maquillage.

Elle fume, bien sûr, mais dégage une fragrance de lavande comme en Provence, même après avoir passé la soirée dans le fumoir. Faire du sport ? Tellement cliché. La vraie parisienne se contente de rentrer en vélib le soir, et se promène au bord de la Seine. En plus, elle ne mange que du chèvre bio. Car si cette femme nous obsède, elle a aussi ses obsessions.

 

Les parisiennes 

 

 

Alessia Armenise

Publicités