Le cul-endrier de l’Encrage : ils osent, et ça marche

L’atelier associatif de sérigraphie l’Encrage, à Caen, a réuni quatorze artistes pour créer un calendrier 2015 un peu particulier. Douze sérigraphies faites à la main viennent pimenter votre quotidien : plus qu’un simple agenda, une véritable petite collection.

Vous pensez qu’un calendrier érotique est nécessairement vulgaire, dégradant et sexiste ? Détrompez-vous. Et il n’y a pas que les « Dieux du stade ». L’Encrage propose ici un almanach alternatif et coloré que l’on ne se lasse pas de regarder. Certains mois sont très explicites : Gregory Forestier fait de mai le mois du sextoy. D’autres sont beaucoup plus subtils, comme juin, signé Alexandra Blanchon, où les pistils des fleurs ne sont pas dénu(d)és de sens.  Le plaisir charnel devient un sujet de production artistique, sans tabous, sans clichés.

DSC_0197

Mai selon G. Forestier

De surprises en surprises

Au-delà du simple usage de calendrier, on s’imagine bien accrocher certains mois sur nos murs toute l’année. Et non sans surprise : une fois les lumières éteintes, plusieurs de ces créations prennent un second sens. Des traits phosphorescents se détachent du dessin initial, pour pimenter encore plus le sens donné à chaque mois de l’année. Juillet, par Julie Amselem, prend l’apparence d’une recette de cuisine déjà bien épicée. Une fois dans le noir, une femme, dans la fleur, soulève sa jupe sensuellement…

DSC_0205

Juillet selon J. Amselem

Une démarche qui vaut le détour 

Ce culendrier de l’Encrage a eu un réel succès : difficile aujourd’hui de se procurer un des 250 exemplaires soigneusement numérotés. Mais leur site propose un aperçu du résultat. Ne soyez pas déçues : l’Encrage c’est aussi des expositions temporaires et un autre moyen de découvrir des artistes caennais. Alors osez rejoindre cette Normandie alternative et n’oubliez pas d’aller voir leur exposition au Lux de Caen, tout au long du mois de mars !

Annie Welter

Crédit photos : Annie Welter
Publicités