Blog, vlog et new media : la pub’ 3.0

©The Blonde Salad

©The Blonde Salad

À l’époque du vlogging et du live-tweet, les « travailleurs de la toile » sont les nouvelles stars du show-business.

En jouant à Minecraft et Call Of Duty dans sa chambre à Gothenburg, en Suede, Felix Arvid Ulf Kjellberg (mieux connu sous le nom de PewDiePie) a plus de 35 millions d’abonnés et 4 millions de dollars de revenus par an. Mais il ne faut pas nécessairement être un ‘geek’ pour gagner sa vie avec internet. Si vous avez un joli visage, êtes accro aux DIY (do-it-yourself), avec un style remarquable ou vous êtes une professionnelle du contouring, Youtube et Instagram sont votre nouveau Pôle Emploi !

Si en 2007 les blogs étaient peu plus qu’un journal intime numérique, depuis quelques années ces webzines egocentriques sont devenus des vraies mines d’or pour leurs propriétaires. Les blogs sont de nouveaux médias à exploiter pour les marques, et les bloggeuses des nouvelles égéries prêtes-à-l’emploi, à courtiser comme des stars hollywoodiennes. Après les photos ou les posts sponsorisés, les enseignes ont décidé d’utiliser davantage les jolis visages des reines du web. La nouvelle idée des brands est d’utiliser le pouvoir des social-medias et, surtout, les bases de données affiliées à ces phénomènes. Si le storytelling a toujours été important, maintenant il est fondamental d’inventer une nouvelle histoire autour de la blonde qui fait des tutoriels maquillage ou la brunette asiatique qui nous montre sa collection de chaussures. Pourquoi ce changement de route ? Si les espaces publicitaires se vendaient à 40.000 euros la page il fut un temps, aujourd’hui c’est au clic que les marques négocient le prix. Moins coûteux et plus efficace puisque plus accessible pour le public, déjà conquis par l’image de la bloggeuse en question.

©The Blonde Salad

©The Blonde Salad

La succes-story la plus étonnante ? Celle de Chiara Ferragni, la bloggeuse italienne, autrefois simple étudiante en droit passionnée par la mode, qui est devenue une des personnalités le plus influentes du royaume d’Anna Wintour. 3 millions d’abonnés sur Instagram, 9 millions de dollars de revenus prévus pour 2015 et une liste de collaborations qui rendrait jalouse Beyoncé : Chiara a désormais construit un empire en stilettos. Louis Vuitton, Steve Madden, Burberry, Yves Saint Laurent… tous veulent un peu de Chiara, de The Blonde Salad, et de sa communauté. Après être devenue un « case study » dans la prestigieuse université Harvard et avoir enchainé les couvertures des plus grands magazines, elle s’est vue consacrer un reportage dans le journal télévisé chez CBS. Le phénomène n’est pas prêt à s’arrêter. 

Alessia Armenise

Publicités