L’aéroflorale et son expédition végétale à la Villette

Ecolos dans l’âme, voyageurs ou rêveurs, Philyra vous donne rendez-vous à la Villette ce weekend pour découvrir l’aéroflorale et l’expédition végétale. C’est jusqu’au 5 juillet seulement !

L’aéroflorale a atterri à la Villette dans la nuit du 1e au 2 juillet, comme convenu. Cette structure de métal transportant toutes sortes de végétations fait une escale à Paris, dans le cadre du weekend dédié à l’environnement à la Villette. Cette première des quatre Scènes d’Eté est sûrement la plus spectaculaire.

© Annie Welter

© Annie Welter

L’équipe de l’aéroflorale est composée  d’une quinzaine de scientifiques, tous spécialisés dans un domaine lié au végétal. Ils travaillent depuis plus de dix ans sur l’adaptation climatique des plantes, et ce qu’elles pourraient nous apporter à l’avenir. Ce weekend, l’équipe s’ouvre au public et présente à tous son projet, avant de repartir vers l’Islande pour y chercher de nouvelles plantes.

Des voyages hors du commun 

Le commandant F.D. nous explique tout de cette incroyable aventure. La structure de métal est relativement légère (quatre tonnes), ce qui lui permet de voler aisément. Cinq ballons judicieusement disposés en haut du vaisseau et gonflés au pétane G3 lui permettent d’avancer à 60km/h environ, voire plus quand l’aéroflorale entre dans un courant d’air chaud. A bord, les scientifiques prennent soin des plantes, chacun selon sa spécialité. L’équipe se nourrit grâce au potager suspendu du vaisseau, qui lui confère une autonomie alimentaire d’environ 6 mois. Mais les conditions de voyage ne sont pas toujours aussi bonnes. Le commandant nous raconte qu’un aigle a attaqué un scientifique pendant un des voyages. Selon lui, ces attaques sont bien plus probables qu’une chute de l’aéroflorale.

Une des machines de l'aéroflorale  © Annie Welter

Une des machines de l’aéroflorale
© Annie Welter

D’incroyable machines 

A bord, l’équipe teste, invente et perfectionne toutes sortes de machines. Il est question d’étudier le comportement des plantes, et de tenter d’utiliser leurs forces. Par exemple, une machine a été crééé pour brouiller toutes les ondes et pour annuler tout effet de gravité autour d’une plante. Ainsi, elle peut grandir plus vite et avec moins de contraintes.  

© Annie Welter

© Annie Welter

Un potager suspendu est relié à l’aéroflorale : détaché du vaisseau et disposé sur le sol, on peut observer les mécanismes qui le sous-tendent. Les plantes dégagent une certaine énergie que les scientifiques sont parvenus à collecter. Par exemple, une plante peut alimenter une ampoule, qui lui fournit de la lumière et lui permet de grandir encore plus. Aussi, l’énergie fournie par chaque plante a permis au musicologue de l’équipe de créer un système sonore alimenté par la plante elle même. Il  permet d’éloigner les pucerons, grâce au bruit du ressort. 

© Annie Welter

© Annie Welter

L’aéroflorale regorge de bien d’autres secrets, machines et expériences en tous genres. Ses scientifiques vous en expliqueront les moindre détails, et vous convaincront de l’avenir qui existe dans l’alliance entre les plantes et l’homme. Rendez vous à la Villette jusqu’au 5 juillet pour prendre part à cette incroyable expédition! 

Annie Welter 

Publicités